By Zoe Kleinman – Technology reporter, BBC News

rp_pad_2-300x239.pngThe government is investing in a digital revamp of the UK’s job centres. Electronic pads that recognise job seekers’ signatures using biometric software will be installed at centres around the UK, along with PC workstations and free wi-fi. The computers operate on the government’s network and share the same level of security against hacking and viruses. The equipment has been tested at London Bridge Jobcentre.

“We’ve moved away from customers coming in and standing in a queue waiting to be directed,” said Baljeet Mahal, the branch’s customer services manager. “We don’t have podiums, we don’t have public-access phones. “If you look back to Job Centre Plus from years ago, we had boards with paper cards with vacancies on them – we don’t have those anymore.”

The Department for Work and Pensions, which runs the job centres, estimates that installing the computers will save £2m per year. While their use will not be not monitored formally, Ms Mahal said the screens were visible and staff would “have a chat” if they saw people using them for purposes other than job hunting. Business analyst John Oldroyd told the BBC that cyber-security was crucial for all new equipment.

Job seekers can search for jobs, calculate benefits and update their CVs at the in-house computers. “I think every organisation is a target for hackers,” he said. “Security is a high priority for every system we introduced. “It’s all protected by the Department for Work and Pensions network, there are several firewalls in place.” He added that the signature pads had been designed to store data securely. “The signature pad is used in banks in central Europe,” he said. “It uses biometric software, which measures how somebody writes their signature.

“It’s not concerned so much with the image, but the way you write it – it’s very consistent and individual to you like a fingerprint.” The overall signature also has to correspond at least 80% with six sample signatures, which each individual job seeker has to provide the first time they use the device. “In terms of the signature data we store, we don’t store images, we store data which builds up a signature profile,” added Mr Oldroyd. “If anyone did hack in there’s no way that could be turned back into a visible signature.”

Link to the article: http://www.bbc.com/news/technology-29725890

BIOM€TRICS IN BANKING

October 21st, 2014

Biometrics in Banking’ will further familiarize you with biometric methods and applications by providing you guidance on how biometrics can support you to optimize the following key aspects of the banking process:

  • Customer Interaction
  • Operational Efficiency
  • Fraud Reduction and Prevention

During the seminar we will reflect the many new opportunities arising from the gradual shift away from desktop/notebook computing on smartphones and tablets and share best practice of apps and web-based applications:

  • Hear about biometric solutions for in-branch and mobile environment for internal and customer-facing usage
  • Learn how biometrics support mega trends such as personalization, …
  • Identify how you can embed biometrics into your processes
  • Discuss the impact of biometrics for the mobile payment world to the banking and financial services environment.

The one-day workshop will address the opportunities of biometrics in the financial market. It will be discussed how processes can be designed both biometrically protected and privacy compliant.

When: Friday October 24th 2014, Begin: 10.30 hrs, End: 17.00 hrs
Where: Citibank 25 Canada Square Canary Wharf London, E14 5LB

We are happy to have our customer GE Money Bank present there about “Biometric signature with real-time verification: going the whole way”

20141023_141550

Dans le cadre d’un programme de réduction de la consommation de papier, de simplification du fonctionnement et d’amélioration de son efficacité opérationnelle, BGL BNP Paribas innove et met en place, en collaboration avec Fujitsu (xyzmo partenaire), une solution de signature digitale sur tablette,  devenant ainsi la première banque à Luxembourg à proposer ce type de service en agence.

Objectifs du projet

La mise en place de cette solution s’inscrit dans un programme visant l’amélioration de l’efficacité opérationnelle de la banque. A travers ce programme, une initiative appelée « paperless» avait pour objectif de mettre en place des procédures et des solutions permettant de fluidifier les processus et de s’affranchir de la contrainte physique du papier. Cette initiative a donc visé à, accélérer les traitements en agence et à améliorer la qualité du service rendu à nos clients, tout en réduisant les coûts opérationnels liés aux documents physiques et l’impact sur l’environnement.

La solution mise en place

La solution mise en place permet d’afficher les documents électroniques sur une tablette de signature que le guichetier peut manipuler depuis son poste de travail. Le client appose alors sa signature sur la tablette permettant alors de s’affranchir de l’étape d’impression.

Grâce à l’architecture d’intégration, la banque a pu bénéficier d’une expérience complétement intégrée dans ses solutions d’agence. Le guichetier continue d’utiliser ses outils traditionnels qui communiquent en direct avec les services de signature.

Les impacts pour les clients

Les clients ne voient pas de changement dans leurs habitudes d’échange avec la banque si ce n’est une modernisation du traitement des documents à signer. En effet, alors que précédemment un document de type « pièce de caisse » devait obligatoirement être imprimé pour être signé en double exemplaire, le client qui accepte le processus de signature digitale se voit présenter le document à signer sur une tablette. Une fois le document signé et la signature contrôlée, le document peut directement être archivé, et mis rapidement à disposition dans l’espace « webbanking ».

Il en résulte donc un gain d’efficacité et de qualité, et le client final voit son temps passé à l’agence raccourci.

Les retours clients sont très positifs, la grande majorité considèrent ce nouveau procédé comme un outil innovant et pratique et utilisent de fait cette solution pour signer les documents en agence.

D’autres avantages à la solution

Au niveau des tablettes de signature, il existe  des tablettes de base pour la signature, tandis que d’autres offrent  des dispositifs plus avancés (visualisation de l’ensemble du document notamment, capture des paramètres biométriques, …).

La solution mise en place capture non seulement l’image de la signature pour l’intégrer dans le document, mais peut également, de manière optionnelle, capturer les paramètres de la signature (vitesse, rythme, pression, angle, …) ce qui permet de garantir l’authentification du signataire et par conséquent de réduire les risques de fraude.

Des objectifs futurs pour la banque

La première phase de ce projet a consisté à mettre en place la signature sur des documents simples (pièces de caisse notamment). Le déploiement est toujours en cours et l’ensemble des agences seront déployées d’ici la fin de l’année avec plus de 100 points de signature.

La suite du projet consistera à poursuivre le déploiement à d’autres processus plus complexes tels que l’entrée en relation et la signature de contrats, tout en envisageant d’étendre les points de signature à 280 tablettes.

L’objectif premier reste toujours l’amélioration de la satisfaction du client en simplifiant et fluidifiant son passage en agence et en lui offrant une visibilité électronique sur les documents remis. La banque a d’ailleurs pour ambition dans le futur d’intégrer les aspects multicanaux en offrant à ses clients des possibilités de signature de documents quel que soit le canal de contact (mobile, tablette, web banking, agence …).

Présentation de la solution

Un événement de présentation de la solution, de ses avantages et du retour de l’expérience BGL BNP Paribas sera organisé le 6 novembre à 11h00 à la confiserie « Namur » à Hamm.

Page 1 of 20312345...Last »